Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Montréal & Guns N' Roses toute une histoire

par Eddie 25 Octobre 2009, 19:40 Articles Interviews


"Merci, votre argent sera remboursé."


Telles étaient les paroles d'adieu d'Axl Rose à une foule de 53 000 fans de Guns N' Roses au Stade olympique de Montréal le 8 août 1992, avant de quitter la scène.

La co-vedette de la soirée, Metallica avait été obligées de réduire leur set après que le chanteur James Hetfield est été précipité à l'hôpital après un accident de pyrotechnie, la foule avait espéré que les Guns N' Roses pourrait sauver la nuit. Avec un concert court de 55 minutes, la performance de Rose ne se coupait pas.

Des milliers de fans en colère ont procédé à ce qui allait être un saccage, à allumer des feux et brisant des fenêtres et des comptoirs de concession dans le stade, et ils ont finalement débordés dans les rues. Il a fallu 300 policiers anti-émeute pour maintenir la violence contenue. À la fin de la nuit, 12 personnes ont été arrêtées et 20, dont trois policiers, ont été envoyés à l'hôpital. L'estimation total des dégats au Olympic Stadium a été estimé à 300.000 $.

Réfléchissant à ce sujet plus tard dans une interview accordée à MTV, Rose était loin d'être apologétique. "Il y avait des difficultés techniques à Montréal, et nous avons dû partir et la foule était très contrarié à ce sujet" at-il expliqué.
"Ils n'ont pas vraiment pris le temps de penser à ce qui s'est passé pour nous. Maintenant c'est un peu difficile à prendre, et je ne me sens pas responsable de cela."


Peut-être que les fans devraient l'avoir vu venir. Un an auparavant, Rose avait été accusé d'avoir fomenté une émeute à St. Louis, dans le Missouri, après avoir terminé le concert en raison d'être impressionnés par la non-sécurité de la salle. Il a fallu des brûlures du troisième degré à Metallica pour couper court à leur spectacle de Montréal, mais tout ce qu'ils ont pris pour Rose a décidé qu'il en avait assez de la du système de sonorisation (La spéculation des fans de Rose qui ayant des problèmes vocaux, sa diseuse de bonne aventure personnelle lui aurait conseiller plus tôt d'éviter toutes choses avec la lettre «m»). Et pendant que Metallica a bien tenu leur promesse de terminer le concert à une date ultérieure, il n'y aurait pas eut de remboursement auprès de Rose, il ne voulut jouer de nouveau à la ville.

Il n'y a que ce point qui à changé après l'annonce cette semaine que Guns N' Roses sera en tournée dans 13 villes du Canada l'an prochain, avec le Centre Bell à Montréal, prévue pour le 27 janvier.

"J'ai attendu ce moment, très longtemps", déclare Laurent Lépine exalté. Maintenant, à 36 ans, Lépine était adolescent quand il a vu Guns N' Roses sur cette fameuse nuit. Lepine a senti aussi fortement à son sujet qu'il a lancé une pétition en ligne et à la page MySpace appelée GNR fans du monde entier, essayant de rassembler des partisans ensemble pour la même opinion à sa cause. 


"Ils sont venus au Québec en 2006, mais ce n'est pas la même chose. Nous voulons les voir ici."

Philippe Renaud, critique musical au journal La Presse, est un peu plus sceptique sur l'événement. "Je doute que ça va être un bon spectacle" dit-il, le parti des nombreux détracteurs qui croient que Guns N' Roses dans son incarnation actuelle - sans le guitariste Slash - n'est pas la vraie chose. "Mais Axl Rose veut être sûre d'être là. Il se fait vieux, et il a besoin de l'argent."

Et il ne devrait pas être surprenant si, cette fois-ci, qu'il ya un certain ressentiment chez ceux qui ont eu droit à un concert...

"C'était terrible, et je pleurais sur tout le chemin du retour", admet Lépine, en ajoutant que sa contribution au grabuge ajoutant a été de jeter un stand hot-dog dans les escaliers du Stade olympique
. "Je regardais les nouvelles toute la nuit, je ne pouvais pas dormir. 'Mais c'est le rock n' roll...je pensais".


C'est un sentiment amplifié par Metal Mike, l'animateur de l'émission radio The Metal File à CHOM-FM de Montréal.

"C'était la plupart des nuits rock 'n' roll les plus amusante que jamais!" dit-il. "C'était le meilleur d'être un adolescent. A 17 ans, et nous avons eu l'émeute des Habs et l'émeut des Guns en quelques mois les uns des autres!"

Metal Mike prétend également que beaucoup de ceux qui ont assisté au concert porte l'expérience comme un badge d'honneur. "C'était juste une bande de metalheads courant cassant des choses. Nous savions que c'était le dernier hourra pour le métal" dit-il.
"Avec cette nouvelle date, il se méfie des sauteurs de train en marche. Tout à coup chaque Montrealer agit comme s'ils étaient là." 

Rose a eut une altercation des plus récentes avec des fans canadiens en 2002. Après des années de clandestinité, il a honoré à titre que Vancouver serait la ville pour ouvrir la tournée de retour des Guns N' Roses, même et a ensuite continué à ne pas se montrer. Mais il y avait quelque chose l'affirmation dans le manque de respect du chanteur envers ses fans. "Quand j'ai vu les histoires de Vancouver, d'une l'émeute, je savais que Guns N' Roses étaient de retour," Metal Mike se souvient.


Les appels à la police de Montréal n'a pas pu confirmer s'il y aurait plus de sécurité que d'habitude pour l'événement. Mais il est à noter que si tous les autres concerts à venir sur la tournée canadienne est prévue pour commencer à 20h00, le Centre Bell énumère une heure de début de 18h45.

Jamais le vrai croyant, Lépine, qui a nommé son plus jeune de quatre enfants Axl, en l'honneur de son héros musical, estime que le moment du début peut signifier que Rose et compagnie joueront un spectacle prolongée pour compenser la dernière. Et tandis qu'il admet que les excuses sont pas dans la nature de l'homme, il est persuadé qu'une performance solide purifiera l'air. 

"Vingt ans après, s'il donne un bon spectacle et donne un coup de pied au cul, ce sera excellent", dit Lépine. "Mais je vais le croire quand ils seront là. On ne sait jamais si ils annulent" dit-il, seulement dans une demi-plaisanterie.

source :
nationalpost.com

commentaires

Haut de page