Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interview de Richard Fortus par Glide Magazine

par Eddie 23 Avril 2012, 16:26 Articles, Interviews

Guns-N-Roses-Sebastian-Bach-Perform-Joint-ukFvb7bfaM3l.jpg
Richard Fortus guitariste de Guns N' Roses depuis 2002, a été interviewé par Glide Magazine au sujet d'un tas de chose comme sa tournée avec Thin Lizzy, GN'R, son autre groupe The Compulsion, son éducation musicale, ses ifluences etc... En voici quelques extraits choisit :
 
 
 
Glide Magazine : Parlant de Thin Lizzy, quand et comment avez-vous été avec eux?
Cela doit être excitant de joué avec un tel groupe légendaire ?
 
Richard Fortus : J'ai reçu un appel d'eux autour du mois d'Avril de l'année dernière. Ils avaient été en tournée avec Vivian Campbell et il allait revenir à Def Leppard. Ils m'ont demandé si je serais disponible pour le remplaçer pour l'été. Bien sûr, j'ai sauté sur l'occasion de jouer avec un de mes groupes préférés de tous les temps. Avant même que nous ayons fait notre premier concert, ils m'ont demandé de se joindre à eux en tant que membre à temps plein. Malheureusement, je ne pouvais pas le faire en raison de conflits du calendrier de GNR. Cependant, j'ai réussi à les faire ouvrir pour nous cet été! Donc, j'espère que je vais être capable de jouer une chanson ou deux avec eux. Jouer avec Thin Lizzy a été l'un des plus grands moments de ma carrière. Ils sont comme une famille et c'était un honneur absolu et un plaisir d'être une partie de la lignée du rock n ' roll !  
   
Glide Magazine : Votre famille était musique ?

Richard Fortus : Yep, ma mère chantait et jouait du piano et mon père était l'un des propriétaires d'une compagnie appelée St Louis Music, qui a fait Crate et Ampeg et Alvarez, j'ai donc grandi dans un environnement musical. Il y avait toujours beaucoup de musiciens autour et un grand nombre d'instruments et j'étais toujours autour d'eux.

Glide Magazine :  Quand avez-vous réellement commencer à jouer ?

Richard Fortus : J'ai commencé à jouer du violon quand j'avais quatre ans, et de la batterie. Donc, cela a toujours été comme ma passion principale. Cela et la drogue (rires).
  5829840127_54159aaa54_z.jpg
Glide Magazine : N'avez-vous pas aussi jouer du violoncelle? C'est un choix très intéressant.

Richard Fortus : Eh bien, comme je l'ai dit, j'ai commencé le violon quand j'avais quatre ans et je jouais du violon tout au long de l'école. J'ai aussi commencé à jouer du violoncelle à l'école secondaire. Je me suis enseigné essentiellement à partir de ma connaissance du violon, ce n'est pas si loin, c'est assez proche, juste une clef différente, donc c'était facile de faire la transition.
 
Glide Magazine : Étiez-vous dans le groupe ?

Richard Fortus : J'ai joué dans les symphonies de jeunesse et des orchestres différents. À Noël, à partir de l'époque, j'avais environ douze ans, je faisais "Le Messie de Haendel" à différentes églises de la ville et vous obtenez une cinquantaine de dollars par événement et vous aller à toutes les différentes églises et jouer "Le Messie "... C'était une excellente expérience d'apprentissage et beaucoup de plaisir.
  c8314b11.jpg
Glide Magazine : Être sur scène à faire de la musique classique et d'être sur une scène faisant du rock & roll, y a t-il une grande différence ou est-ce essentiellement la même chose?

Richard Fortus : Oh non, il ya très peu de similitudes (rires). Regardez les différences évidentes, entre sur une scène dans un orchestre où vous êtes fondamentalement juste un outil pour la vision de quelqu'un d'autre par rapport à la lecture rock & roll ou le jazz, où vous êtes en train de composer spontanément. L'improvisation est que vous composiez spontanément, c'est une véritable expression, tandis que la musique classique n'est rien de plus que l'interprétation. Donc, il ya une énorme différence et je l'ai réalisé que, à un jeune âge et je suis devenu beaucoup plus intrigué par le blues et le jazz et le rock & roll.
Glide Magazine : Etes-vous déjà nerveux avant de jouer?

Richard Fortus : Ouais, je suis toujours nerveux. Je veux dire, avant que je monte sur scène, je suis nerveux. Je le suis pendant si longtemps, pour toute ma vie. Je me sens plus à l'aise sur scène que je fais hors de la scène (rires). Je me sens plus confortable, vous savez, et plus à l'aise.
Guns-N-Roses-Sebastian-Bach-Perform-Joint-SrI9xIFaL7kl.jpg
Glide Magazine : Quand avez-vous découvrir le rock & roll?

Richard Fortus : Je suppose que je devais avoir probablement six ou sept ans et eu la commande 8 pistes de ma mère pour moi comme le Programme de Musique-Britannique ou quelque chose comme ça, où l'on pouvait en choisir dix ou vous achetez deux et vous obtenez dix de libre, ce type de deal. Je me souviens avoir eut les Beach Boys et le Rocks d'Aerosmith et War et Alive de Kiss. Ensuite, j'ai hérité de la collection de disques de ma tante, car elle a découvert Jésus et a décidé qu'elle allait se débarrasser de tous ses musique profane. Alors, quand elle l'a fait, que j'ai hérité sa collection de disques étonnante, qui était les Beatles et les Rolling Stones au complet, T Rex et Humble Pie, Black Sabbath, Peter Frampton. Et ce genre de choses, pour moi, c'était comme trouver un trésor. J'ai vécu dans ces disques pour une très bonne année,juste hanté par ce genre de choses. C'était vraiment, vraiment formateur.
 Richard_F_Live2.jpg
Glide Magazine : Vous souvenez-vous de votre première guitare?
   
Richard Fortus : Il y avait toujours des guitares autour de la maison mais je me souviens le premier que j'ai acheté. Je l'ai eu de la compagnie de mon père. A cette époque, ils possédaient une ligne de guitare appelé Electra et se sont eux mes premières guitares. J'ai vendu de la drogue pour l'acheter (rires)
   
Glide Magazine : Êtes-vous sérieux?
   
Richard Fortus : Ouais, j'avais environ douze ans.
       Richard_Fortus_showing_Shaker.jpg
Glide Magazine : Qu'une personne de douze ans fait la vente de drogues ?
 
Richard Fortus : J'ai essayé d'acheter une guitare (rires)
   
Glide Magazine : Que vendiez vous ?
 
Richard Fortus : J'avais l'habitude de vendre des joints pour les gars jusqu'à la rue et à partir de là, je vendais des sacs de mauvaises herbes, et de là j'ai fini par acheter l'eau acide des Hells Angels...
 
Glide Magazine : Et vous étiez douze ans?

Richard Fortus : Ouais, c'était quand j'étais au collège, et je venais donc d'avoir treize ans, quand je vendais du Speed.
Richard-Fortus-Guns-N-Roses-Korn-Perform-Townsville-7wv5_5X.jpg
Glide Magazine : Étiez-vous un fan de The Psychedelic Furs avant?

Richard Fortus : J'étais un grand fan. C'étaient l'un de mes groupes préférés, à partir du moment ou j'avais quinze ans. Je n'ai jamais aimé Ozzy Osbourne ou Motley Crue, qui était populaire quand j'étais un gamin. J'ai toujours aimé lancien-rock comme Yes et Genesis et Pink Floyd. Même Zeppelin que je n'ai pas aimé que des années plus tard. Mais quand j'ai entendu les Clash, j'étais tout sur les Clash et les Psychedelic Furs et The Damned et les Dead Boys... 
 
 Glide Magazine : Quel a été le premier concert auquel tu as assisté?

Richard Fortus : Je me souviens d'être aller voir les Pink Floyd à Philadelphie avec mon père. Je ne sais pas ce que c'était comme tournée mais c'était sans doute celle d'Animals. Ensuite, j'ai également vu KISS et Funkadelic. C'est drôle, à St Louis, et c'est probablement pareille pour vous, mais quand j'étais un gamin, vous êtes allé tout voir. Il n'avait pas d'importance si vous aimez le groupe ou non. Si c'était un grand concert à venir de la ville, vous y allé. Je voulais aller voir Van Halen à chaque fois qu'ils venaient. Je n'ai jamais aimé Van Halen, mais mais j'irais toujours les voir (rires). Je suis allé voir tout le monde. Je suis allé voir Styx et je détestais Styx. J'ai vu Journey et je détestais Journey. Je détestais tous ces trucs mais je voudrais aller les voirs parce que, eh bien, parce que je le pouvais. En raison de ce que mon père a fait, j'ai eu accès à des billets et des trucs comme ça etj'arriverais pour aller en backstage de sorte que c'était assez cool. Je me souviens aussi d'être allervoir Frampton sur la tournée Frampton Comes Alive même si j'étais très jeune. C'était en 1976 ou 1977. C'est l'un de mes guitaristes préférés à jamais. Il a eu une influence énorme sur moi. Je veux dire, Humble Pie, j'aime toujours ce genre de choses.
Glide Magazine : Que pensez-vous de si spécial à son sujet ?

Richard Fortus : Il a une voix tout à fait unique. Vous pouvez dire que Peter Frampton joue du moment vous l'entendez. Je peux toujours le dire, tout simplement de son phrasé. Il a un style très unique et personne d'autre ne faisait que et encore personne ne le fait. C'est très mélodique et c'est un guitariste vraiment, vraiment, vraiment sous-estimé. Vous ne le vois jamais sur les 100 meilleurs joueurs de guitare, mais il a été phénoménal. C'est juste qu'il est devenu un peu une blague parce qu'il était un garçon de pin up. Mais putain, il était dans Humble Pie bordel de merde. C'était un gamin. Il était dans le troupeau quand il avait quinze ans.
richard-fortus-gnr.jpg
Glide Magazine : En parlant d'être en backstage, vous rappelez-vous la 1ère rock star que vous n'ayez jamais rencontré?
        
Richard Fortus : Leslie West avait habitude de traîner dans ma maison et était ami avec mon père. Je me souviens d'avoir rencontrer Alex Lifeson du groupe Rush, qui était à l'époque énorme pour moi. J'ai une grande image de moi que je viens de trouvé récemment. Vérifiez cela, il joue de la guitare acoustique à double manche, l'une des guitares de mon père, et je joue sur le cou supérieur et il joue en bas. Mais la chose extraordinaire à ce sujet, c'est que j'avais comme onze ans ou douze ans dans l'image, et il a une énorme plaie sur la lèvre (rires). C'est donc Spinal Tap, tout simplement parfait.
       
Guns-N-Roses-Sebastian-Bach-Perform-Joint-53fzq6aVutsm.jpg
Glide Magazine : Tu devrais poster pour que vos fans puisse le voir.

Richard Fortus : Ouais, je devrais mettre ça sur Facebook.
Je dois l'analyser. Vous savez, j'ai une tonne de photos comme ça. J'ai une grande que j'ai aussi trouvé de Paul Stanley. Je me souviens l'avoir rencontré quand j'étais un gamin. Il a signé cette image pour moi, c'est juste comme ça 8x10 brillant de lui sur scène, et il dit: «Cher Richie, continuer à pratiquer et un jour, vous pourrez jouer avec nous, Paul Stanley, KISS". C'est assez drôle. Dieu merci, ce n'est pas arrivé (rires)
tumblr_lyqjisqVBe1r1nn32o1_500.jpg
Glide Magazine : Donc, tu n'étais pas l'une des millions de personnes dans la KISS Army?

Richard Fortus : Il suffit juste de penser d'être dans KISS, vous savez, c'est tellement bizarre comment je suis aigri envers eux parce qu'ils ont juste dirigé la chose cette manière. C'est devenu une telle entreprise et ça l'a toujours été pour eux. Je suppose que ça n'avait pas l'air tellement flagrant quand j'étais un gamin. Regarder Gene faire du Gene et aller les voir en concert, et ils sont encore en train de se serrer dans des collants et, je ne sais pas, c'est juste un clochard dehors.

Pour jouer avec KISS serait comme un emploi, comme une horloge de poinçonnage, à mon avis. C'est l'atmosphère que j'obtiens. Ce serait comme, ok, on y va, une autre journée au bureau et l'âme est juste détruire, vous savez. Même si vous jouez des chansons que vous aimez, si vous n'êtes pas à faire votre propre truc et il n'y a pas de spontanéité, je veux dire, c'est ce que j'aime à propos de Guns. C'est différent chaque soir et c'est certainement quelque chose dont je suis fier. Il y a très peu de groupe, surtout au niveau des des arènea, qui ne possède pas de set-list et joue pendant trois heures par nuit. C'est ce que j'aime dans GNR.

Glide Magazine : Quelle a été chose la plus importante que vous avez appris en travaillant avec Axl Rose?

Richard Fortus : Vous savez, ce gars-là a plus d'intégrité que tout autre artiste avec qui je n'ai jamais travaillé, et j'ai joué avec beaucoup de personnes. Mais il a plus d'intégrité et c'est vraiment quelque chose que je trouve incroyablement admirable. Il est au service de la musique et c'est tout ce qui compte pour lui, c'est de quoi il s'agit et que c'est tout ce qu'il devrait être. Ce qui importe, c'est le meilleur qu'il peut être. Voilà comment Axl roule. Il ne s'agit pas de l'argent. Il s'agit de l'art de celui-ci et je pense que c'est ce que j'ai appris plus que tout.

Et je vais vous dire ce que, ce gars-là écoute, plus que tout autre chanteur avec qui je n'ai jamais travaillé. Il écoute les musiciens. Quand nous sommes sur scène, et comme je l'ai dit les chansons sont différentes tous les soirs, donc il est à votre écoute pour quand vous avez fini une phrase avant qu'il entre en jeu. Il paie totalement l'attention et c'est vraiment cool. C'est formidable de travailler avec quelqu'un comme ça.

Glide Magazine : Alors que vas tu faire d'autre pour le reste de l'année?
         
 Richard Fortus : En mai, je retourne en Europe avec les Guns N' Roses et heureusement, Thin Lizzy va être avec nous, ce qui va être génial. Ils ouvriront pour nous, ainsi je pourrais de jouer quelques chansons avec eux tous les soirs.
Mais je serai avec Guns en Mai, Juin et Juillet et puis nous allons finir un peu plus d'enregistrement et nous espérons sortir un disque et être en tournée à l'automne aux Etats-Unis, je l'espère.

commentaires

Haut de page