Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La chronique du DVD live "Appetite For Democracy 3D" par GN'R Lies

par Eddie 26 Août 2014, 14:45 Articles Interviews

La chronique du DVD live "Appetite For Democracy 3D" par GN'R Lies

Sortit le 1er Juillet 2014 , ce bande annonce paru en Avril 2013 pour une sortie initialement prévu à l'été 2013, mais qui verra finalement le jour qu'à l'été... 2014 !

Quelques problèmes de droit aurait retardé la sortie de ce DVD qui a vu le jour au cinéma aux Etats-Unis en Juin & Août, puis au cinéma en Amérique Du Sud en Août & Octobre 2014.

Le DVD/ Blu-ray sortit uniquement aux Etats-Unis est également lisible dans le reste du monde vu qu'il y a la mention "All" qui veut dire toute zone.

La couverture du DVD/ Blu-ray est la peinture de Robert Williams sans la fille assit sur le trottoir avec sa culotte entre les jambes. C'est d'ailleurs la représentation de cette fille qui avait fait polémique sur les affiches publicitaires à Las Vegas pour la résidence "Appetite For Democracy" de GN'R, la 1ère à Las Vegas.

La track listing est quasiment conforme à celle du concert excepté la reprise de Neil Young "Don't Let It Bring You Down", à cause d'un problème de droit ? de place pour la durée du DVD ? ou un choix de la part du groupe ?

Bref mise à part cela, le concert dure 2h43 ce qui en fait un show assez comparé au standard habituel d'1h30.

Le show débute avec l'intro ou on voit le groupe posté derrière la scène, prêt à en découdre, ce qui est assez sympa.

Lors du commencement avec "Chinese Democracy" suivit de la triplette "Welcome To The Jungle/ It's So Easy, Mr.Brownstone" issu de l'album "Appetite For Destruction" (1987) on constate que le son est bon. Visuellement Guns N' Roses à mit les petits plats dans les grands. Deux rampes sont surélevé de chaque coté de la scène, permettant aux musiciens de surplomber le public. Il y a une avancé de scène à l'image de la scène du groupe en 2010, des jeux de lumière superbe et des écrans latéraux posté en fond de scène. Axl ne tient pas en place lors de "Chinese Democracy" puis délivre un cri du tonnerre au début de "Welcome To The Jungle" ce qui confirme sa bonne forme vocal du moment.

L'épique "Estranged" prend relai avec son break instrumental au piano suivit du dynamique "Rocket Queen". Globalement, chaque membre du groupe est filmé équitablement sauf Axl Rose car il est le chanteur, ce qui est appréciable pour la neutralité du show. D'ailleurs tous les solos sont présent du "Blacklight Jesus of Transylvania" de Richard Fortus au "Ballad Of Death" de D.J Ashba, avec le "Motivation" de Tommy Stinson et "Objectify" de Ron "Bumblefoot" Thal, chacun à son moment de gloire accompagné à la rythmique par les autres membres du groupes. "Live And Let Die" passe toujours bien le teste de la scène avec sa pyrotechnie suivit de "This I Love", ballade superbement chanté par Axl qui atteint de bonne note en fin de morceau. Le seul véritable point faible de ce set est "Better" sur lesquelles le groupe assure techniquement, notamment un Ron "Blumblefoot" Thal assurant impeccablement les chœurs, mais à Axl Rose un peu à la peine à certain moment vocalement. Votre serviteur trouve la performance de "Better" sur le live de Londres (2012) bien meilleur que celle ci. Tommy Stinson joue les Sid Vicious sur "Motivation" enchainé de "No Quarter" (Led Zeppelin) en instrumental en introduction à "Catcher In The Rye" morceau qui n'avait plus été joué depuis 2010, et une des satisfactions de ce show avec beau final Guitare/ Voix entre Ron et Axl.

"Street Of Dreams" poursuit avec le piano de Dizzy Reed au centre de la scène. "You Could Be Mine" remet un bon coup de boost avec un Axl impeccable notamment sur le final après le solo joué par D.J Ashba et Ron "Bumblefoot" Thal.

Vient ensuite le solo de D.J Ashba intitulé "Ballad Of Death", cependant votre serviteur lui aurait préfé un "Mi Amor 2.0", mais cela n'est que mon avis, subjectif par ailleurs. "Sweet Child O' Mine" reste au moment attendu des shows de GN'R avec son "Where do we go" connu de tous.

C'est aussi agréable de pouvoir regarder en bonne qualité le "Another Brick in the Wall /Part 2" de Pink Floyd. "November Rain" voit Axl Rose s'élevé dans les airs avec son piano posté sur une plateforme, là encore, le groupe à fait fort visuellement.

Les amateurs de la carrière solo de Ron "Bmblefoot" Thal se délecteront de "Objectify" issu de "Abnormal" sortit en 2008. Le groupe sort une superbe version de "Don't Cry" avec D.J Ashba au solo guitare. "Cival War" fait son effet en live ou Tommy Stinson arpente le devant de la scène au coté d'Axl. La version de GN'R du "The Seeker" des Who reste fidèle à l'original mais assez énergique quand même. "Knockin' on Heaven's Door" et sa version fleuve de plus de 10 minutes et joué de façon plus bluesy depuis 2001, est une occasion au public de donné de la voix. Une Jam puis "Nightrain" déboule en le groupe entier est au taquet, de Richard Fortus et Ron Thal lors du solo, à Axl intenable et à D.J Ashba qui finit dans le public.

L'électro-acoustique "Used To Love" est le premier rappel du show, même si l'on ne s'en rend pas compte avec l'enchainement rapide entre les morceaux pour une plus grande fluidité voulu pour le producteur "Rock Fuel". Une Jam acoustique puis vient "Patience" et son final plus remuant ou Axl finit sur une note assez haute. Une autre jam et c'est le tour du définitif et explosif "Paradise City" avec ses confettis de ces solos débridés sortant de toute part de la part de trois guitaristes.

Un très bon concert joué part un Guns N' Roses au top de sa forme, accompagné d'une setlist agréable, un plaisir de retrouvé "Catcher In The Rye", "Used To Lover", "Estranged", "Civil War" et "The Seeker" des Who. Néanmoins sur ce point précit, votre serviteur a une préférence au set du "Live At London O2 Arena 2012" ou figurait "Sorry", "Shackler's Revenge", "14 Years" qui n'avait plus été joué depuis 1991 et avec Izzy Stradlin, et "Dead Flowers" (The Rolling Stones), mais là encore mon avis n'est que subjectif.

La présence des danseuses peut interpeller quand à un concert rock, peut-être du au fait qu'on est à Las Vegas ? Cependant la caméra reste discrète et les mets pas trop en avant (sauf sur le début de "Rocket Queen" et "You Could Be Mine"), de même que le public.

Ce qui fait la force de ce live par rapport au live de Londres en 2012, c'est qualité des plans proposés (exit les plans hasardeux depuis le public) et du son très bon, ceux qui peuvent l'apprécier en 5.1 vont se régaler.

Au final un très bon concert délivré par un groupe impliqué, parcourant la carrière discographique de GN'R excepté l'album de reprise "The Spaghetti Incident ?" (1993), et qui est une parfaite initiation à l'univers live du "nouveau" Guns N' Roses pour les non initiés.

La chronique du DVD live "Appetite For Democracy 3D" par GN'R Lies
La chronique du DVD live "Appetite For Democracy 3D" par GN'R Lies
La chronique du DVD live "Appetite For Democracy 3D" par GN'R Lies
La chronique du DVD live "Appetite For Democracy 3D" par GN'R Lies
La chronique du DVD live "Appetite For Democracy 3D" par GN'R Lies
La chronique du DVD live "Appetite For Democracy 3D" par GN'R Lies
La chronique du DVD live "Appetite For Democracy 3D" par GN'R Lies
La chronique du DVD live "Appetite For Democracy 3D" par GN'R Lies
La chronique du DVD live "Appetite For Democracy 3D" par GN'R Lies
La chronique du DVD live "Appetite For Democracy 3D" par GN'R Lies

commentaires

Haut de page